Pour réserver un rendez-vous chez le médecin ou le dentiste, le téléphone reste ultra-dominant. Mais cela pourrait changer rapidement. La start-up luxembourgeoise Doctena vient de lever 4,5 millions d’euros pour espérer imposer dans le Benelux la réservation de rendez-vous médicaux en ligne.

Rien qu’en Allemagne, les patients réservent 718 millions de visites médicales chaque année, contre 112 millions de billets de voyage. Rien ne permet de supposer que cette proportion soit différente dans d’autres pays d’Europe », affirme Patrick Kersten. Selon cet entrepreneur luxembourgeois, qui a notamment étudié à l’ICHEC à Bruxelles, il n’y a aucune raison pour que chez nous aussi, la réservation en ligne d’un rendez-vous chez le médecin ne devienne aussi ancrée dans les mœurs que la réservation d’un hôtel ou d’un taxi. En 2013, il a créé Doctena, une plateforme en ligne de rendez-vous médicaux. Employant entre-temps 23 personnes, dont 5 dans un bureau à Bruxelles, la start-up grand-ducale vient de lever pas moins de 4,5 millions d’euros auprès d’investisseurs privés, de business angels et de prêts à long terme.

La manne va servir à alimenter le développement international de la plateforme, en commençant par consolider sa position dans le Benelux. Jusqu’à présent, de gros acteurs comme Doctolib en France ou ZocDoc aux États-Unis se sont contentés d’explorer leurs marchés natifs, mais l’appétit vient en mangeant… « Nous sommes les seuls à avoir déjà une équipe multi-pays. La concertation avec les ordres professionnels et le respect du cadre réglementaire de chaque pays est très important. En Belgique, nous avons consulté l’Ordre des médecins qui a émis un certain nombre de recommandations sur notre application », explique Patrick Kersten.

En plus de faciliter la prise de rendez-vous, Doctena permet de trouver un médecin ou un dentiste quand on débarque dans une nouvelle ville par exemple. Mais « nous ne sommes pas un annuaire », précise le fondateur. Une mention, sur la page d’accueil de Doctena, indique que l’outil n’est pas exhaustif et renseigne les sites officiels de fédérations de médecins ou dentistes.

Concrètement, à l’aide de leur appareil mobile ou de leur ordinateur de bureau, les patients peuvent choisir un praticien en fonction de sa spécialité, de sa langue ou de sa région d’exercice. La plateforme présente les créneaux horaires disponibles. Le patient clique sur le créneau horaire de son choix. Le rendez-vous est pris et presque instantanément confirmé par le cabinet médical.

Côté médecins, Doctena joue en fait un rôle d’agrégateur. « Notre plateforme est compatible avec les principaux logiciels de planification médicale », ajoute Patrick Kersten. L’application, gratuite côté patient, est vendue à partir de 100 euros par mois aux professionnels de la santé.

Progenda

Doctena nous fait fortement penser à une autre start-up, belge. Lancée fin 2014 par Quentin Roquet, Progenda propose aux médecins, à partir de 40 euros par mois, un outil web, de prise de rendez-vous. La start-up personnalise alors pour chaque médecin une application de réservation dans le cloud, qui sera généralement intégrée au site web du médecin. Contrairement à Doctena, qui est aussi un outil de recherche, Progenda vise surtout à optimiser la prise de rendez-vous entre un médecin et un patient qui se sont déjà vu au moins une fois. Ciblant à la fois les médecins particuliers et ceux travaillent en hôpital, Progenda a également réalisé une première levée de fonds auprès d’investisseurs privés, « pas dans le même ordre de grandeur que notre concurrent », se contente de préciser Quentin Roquet.

Aucun des deux acteurs sur ce marché naissant ne veut à ce stade communiquer le moindre chiffre.

Source: http://www.lesoir.be/1069559/article/economie/entrepreneuriat/2015-12-14/votre-rendez-vous-chez-medecin-bientot-uniquement-en-ligne