Allergie au pollen : on fait le point

Allergie au pollen : on fait le point

Allergie au pollen : on fait le point

 

Avec le changement de saison, vous avez peut-être remarqué que votre nez était parfois congestionné, que vous aviez tendance à éternuer beaucoup plus que d’habitude, et que vous deviez également vous moucher. Il s’agit probablement d’un signe que vous avez ce que l’on appelle communément le « rhume des foins », à savoir un type d’allergie au pollen présent dans l’air.

Qu’est-ce que le pollen ?

Pour comprendre le mécanisme d’une allergie au pollen, il importe de comprendre ce qu’est le pollen, et la façon dont il déclenche une réaction allergique. En réalité, le pollen est une fine substance poudreuse, de couleur jaune, que l’on trouve sur les arbres, les fleurs, les herbes, et d’autres types de plantes. C’est la version végétale d’un gamète ou d’un spermatozoïde mâle. Le but du pollen est d’être capté par le vent, puis transporté vers les plantes environnantes afin de les fertiliser. Le pollen est produit de façon saisonnière. En outre, ses niveaux de production atteignent un pic au printemps, et sont moins élevés en été. Toutefois, chaque espèce de plante possède sa propre période de pollinisation au cours de laquelle elle produit son pollen. Le pollen est un élément extrêmement important de l’agriculture, ainsi qu’au niveau de la croissance des plantes, mais il est malheureusement de mauvais augure pour les personnes souffrant d’allergies saisonnières, car il s’agit en fait d’un allergène.

Pourquoi développe-t-on des allergies au pollen ?

Les allergies sont des troubles du système immunitaire qui entraînent l’apparition de symptômes auprès des personnes sensibilisées à un allergène spécifique. À l’instar du pollen, un allergène est une substance qui déclenche une réaction immunitaire, produisant des symptômes tels qu’un nez qui coule, ou des yeux qui piquent. Le pollen est l’allergène le plus courant. Par conséquent, le rhume des foins est l’allergie la plus fréquente. Le terme médical pour l’allergie au pollen est la rhinite allergique. Il existe une kyrielle de facteurs qui contribuent au développement d’une allergie. Ceux-ci peuvent être subdivisés en deux catégories : les facteurs endogènes, ou les facteurs environnementaux.

Les facteurs endogènes comprennent la prédisposition génétique au développement de réactions allergiques. Les personnes sont plus susceptibles de développer des allergies si un membre de leur famille au premier degré souffre d’allergies. On parle parfois de « triade atopique » pour désigner l’eczéma, la rhinite allergique, et l’asthme qui apparaissent successivement, ou parfois simultanément chez un même individu. Ainsi, les personnes ayant une allergie sont plus susceptibles de développer l’une des deux autres. Les facteurs environnementaux incluent le fait de se trouver dans un environnement possédant un allergène spécifique, capable de déclencher une réponse chez un hôte.

Alors que la plupart des allergies se développent au cours des deux premières décennies de la vie, une allergie au pollen peut se développer à n’importe quel stade de la vie. L’exposition à différents allergènes vous permet de développer une sensibilisation à ces derniers.

Comment puis-je savoir si je suis allergique au pollen ?

À la lecture de cet article, vous vous demandez probablement si les symptômes que vous ressentez chaque année, au même moment, sont éventuellement ceux d’une allergie au pollen. Toutefois, certains des signes et des symptômes que vous ressentez, indiquent que vous pourriez souffrir d’une allergie au pollen. Parmi ces symptômes, citons, entre autres :

  • une congestion nasale
  • des céphalées
  • un nez qui coule
  • des yeux qui coulent, qui piquent
  • une gorge irritée
  • une toux due à des sécrétions post-nasales

Si vous ressentez l’un de ces symptômes, il est conseillé de consulter un allergologue. Ce dernier est à même de pouvoir réaliser une série de tests cutanés, au cours desquels il prélève une petite quantité d’allergènes végétaux connus, et les introduit dans la peau. Ce test permet d’identifier un allergène de pollen spécifique qui provoque la rhinite allergique, et, par conséquent, d’orienter la prise en charge pour le traitement de l’allergie.

Vous souffrez d’une allergie au pollen, que faut-il faire ?

Il n’existe pas de remède pour traiter les allergies au pollen, ou toute autre allergie. Il existe deux options, à savoir la prévention, et le contrôle des symptômes. Les stratégies de prévention comprennent des conseils et des astuces en vue de réduire la quantité de pollen que vous inhalez.

Pour ce faire :

  • Utilisez votre climatiseur, au lieu d’ouvrir les portes et les fenêtres. Dans la mesure du possible, essayez de garder les portes et les fenêtres fermées afin que le pollen n’entre pas dans la maison. Votre climatiseur doit être doté d’un filtre à haute efficacité pour les particules de l’air, lequel humidifie l’air, et tue les spores de pollen.
  • Lorsque vous revenez à la maison, enlevez immédiatement vos vêtements et vos chaussures, et placez-les dans le lave-linge. Prenez une douche ou un bain pour laver les particules de pollen qui s’accrochent à vos cheveux et à votre peau, et peuvent entraîner des symptômes allergiques pendant votre sommeil.
  • Évitez d’aller à l’extérieur durant les saisons qui se caractérisent par un pic pollinique. Vérifiez quotidiennement la densité pollinique locale pour savoir à quel(s) moment(s) les niveaux les plus élevés sont attendus.
  • Durant la saison pollinique, essayez de garder vos animaux domestiques à l’intérieur, car ceux-ci possèdent d’épaisses fourrures qui peuvent abriter des millions de particules de pollen. S’ils sortent, évitez que ceux-ci ne courent dans des buissons, de l’herbe ou des champs.

Malgré tous ces efforts, il est parfois impossible d’éviter le pollen. C’est à partir de cet instant que l’on commence à développer ces symptômes gênants, lesquels peuvent entraîner de nombreuses irritations, empêcher une bonne nuit de sommeil réparateur, et troubler votre concentration. Il est alors temps d’envisager des solutions en vue de soulager les symptômes. Il existe quelques remèdes « maison », comme, par exemple, le thé au citron et au miel pour apaiser la gorge, et l’irrigation nasale au moyen d’une solution salée pour diminuer la congestion nasale. D’autres options peuvent également être envisagées, notamment la consultation de votre prestataire de soins afin que celui-ci vous prescrive des médicaments pour soulager certains des symptômes, le cas échéant.

 

Si vous souhaitez en savoir davantage au sujet des allergies au pollen, subir un test cutané, ou si vous avez besoin de médicaments pour soulager vos symptômes, il est alors préférable de consulter votre médecin.

 

——————

Retour au blog et découvrez d’autres articles.

PS : Doctena vous permet de prendre rendez-vous gratuitement en ligne avec des milliers de médecins en AllemagneAutricheBelgiqueLuxembourgPays-Bas et Suisse.

.