Après le succès de Monster et atHome, Patrick Kersten se lance dans une nouvelle aventure, avec la création d’un site internet dont la vocation est de faciliter la prise de rendez-vous chez un médecin.

Pouvoir gérer ses rendez-vous médicaux en quelques clics à partir de son ordinateur et ainsi faciliter la vie des patients: telle est l’ambition affichée par Doctena, nouvelle société créée par Patrick Kersten (ancien fondateur du portail immobilier atHome), associé à quelques autres actionnaires privés luxembourgeois. Le concept, qui s’appuie sur un site internet lancé ce vendredi, n’est pas révolutionnaire en lui-même, mais prend une forme un peu originale dans le contexte multiculturel luxembourgeois.

Il est ainsi désormais possible, en se connectant sur ce site, de trouver un médecin en fonction de sa spécialité, sa langue et sa localisation, et, surtout, de prendre un rendez-vous avec lui dans un des créneaux proposés. Le tout dans un environnement sécurisé, l’ensemble des données transitant par le site (qui sont gérées par l’agence eSanté) étant crypté.

Pour l’heure, une cinquantaine de médecins représentant une dizaine de langues parlées et autant de spécialités est déjà référencée dans la base de données. Un bon début, mais qui laisse encore une très grande marge de progression quand on sait qu’environ 2.000 médecins exercent au Grand-Duché.

Une offre forte pour une demande forte

«Depuis 2007, de telles plateformes existent aux États-Unis», explique M. Kersten. «Elles répondent à une approche que j’ai toujours eu dans mes projets précédents (il fut également à l’origine de Monster au Luxembourg, ndlr): faire en sorte qu’une forte demande, d’un côté, puisse être satisfaite au travers d’une offre forte. En combinant les deux au travers d’une plateforme unique, on a davantage de valeur ajoutée et de transparence sur le marché.»

Après l’emploi et l’immobilier, l’accès aux soins constitue un autre de ces «besoins universels» qui font avancer Patrick Kersten dans ses réflexions. Car, dans ce domaine, les choses sont loin d’être aussi «universelles» qu’elles le devraient. «Aujourd’hui, la prise de rendez-vous n’est pas un processus où il y a 100% de succès. Quand je raccroche mon téléphone, je n’ai pas toujours le rendez-vous que je souhaite au moment où je le souhaite. Or, l’accès universel aux soins, c’est ça.»

Par la plateforme Doctena, il est donc désormais possible, à n’importe quel moment de la journée, y compris en dehors des heures ouvrables, de faire une demande de rendez-vous en ligne. Le médecin qui s’est abonné au service prévoit, dans un délai de 12 heures, de répondre à cette demande. Et, contrairement aux idées reçues, cette «connexion» directe entre le patient et son médecin ne sonne pas le glas de la profession de secrétaire médicale. Au contraire. «Son rôle ne se limite pas à la seule prise de rendez-vous. Elle doit aussi préparer les dossiers, accueillir les patients et, souvent, assurer le paiement. Imaginons un médecin qui fait 200 rendez-vous par semaine, ce qui n’est pas exagéré. À raison de 3 minutes par prise de rendez-vous, cela représente 10 heures rien que pour ça! Le système va donc permettre de libérer du temps au bénéfice du patient. Et les patients, eux-mêmes, seront ravis de pouvoir utiliser ces nouvelles technologies.»

Objectif Benelux

Patrick Kersten prévient néanmoins que ce système ne concerne que les rendez-vous «récurrents» ou de routine, et pas du tout les urgences médicales. Il cible, notamment, les nouveaux résidents et les expatriés qui, par définition, n’ont pas encore eu l’occasion de prendre un premier contact avec un médecin. À raison de 10.000 nouveaux résidents au Luxembourg en moyenne par an, le potentiel d’utilisateur est immense.

L’attente, visiblement, est d’ailleurs grande pour un tel service. Avant même que le site ne soit officiellement en ligne, la page Facebook créée à cette occasion a réuni plus de 1.400 fans. «Nous sommes le deuxième site européen de ce genre à avoir autant de fans, derrière un site allemand», se réjouit M. Kersten.

La base est là et ne constitue qu’un premier pas. Outre une ambition «Grande Région», voire Benelux, Patrick Kersten ne cache pas que de nombreux services complémentaires pourront être développés et proposés via cette plateforme, que ce soit pour les médecins ou les patients. «Nous en avons pour plusieurs années de développement… Que ce soit la Commission européenne ou les entreprises de la Silicon Valley, l’éducation et la santé sont les deux domaines identifiés comme présentant le plus grand potentiel de changements, car les nouvelles technologies y sont encore très peu utilisées. Nous voulons répondre de manière simple à un besoin simple.»

Le modèle économique, lui aussi, est simple: ce sont les médecins, par leur souscription aux services proposés par la plateforme, qui assurent les revenus du site.

Jean-Michel Gaudron

Source : http://paperjam.lu/article/fr/doctena-les-rendez-vous-medicaux-en-trois-clics