Le dépistage du cancer pour les hommes et les femmes

Le dépistage du cancer pour les hommes et les femmes, by Doctena

Le dépistage du cancer pour les hommes et les femmes

Le dépistage du cancer pour les hommes et les femmes. La pratique régulière d’un sport ou d’un exercice physique, l’adoption d’une alimentation saine et équilibrée, ainsi qu’un style de vie sain permettent d’assurer une bonne santé générale, et de diminuer le risque de développer un cancer, des tumeurs malignes, et d’autres maladies graves. Il importe également de consulter son médecin concernant le risque de développer différents types de cancers, ainsi que pour obtenir des informations relatives aux divers tests de dépistage du cancer. 

Les tests de dépistage du cancer sont utilisés afin de repérer toute cause sous-jacente de malignité ou de cancer chez des individus qui ne présentent aucun symptôme. Les tests de dépistage du cancer permettent de déceler le développement d’un cancer au stade le plus précoce possible, lorsque la malignité est encore minime, et que le cancer n’a pas encore formé de métastases dans d’autres parties du corps.

Les principes suivants en matière de dépistage du cancer sont recommandés pour la plupart des hommes et des femmes adultes.

1. Le cancer du sein

Les femmes devraient connaître les contraintes, les avantages, et les dangers possibles liés aux mammographies avant d’opter pour un dépistage du cancer du sein.

  • Si elles le désirent, les femmes âgées entre 40 et 44 ans peuvent opter pour un dépistage annuel du cancer du sein à l’aide d’une mammographie. La radiologie des seins est désignée par le terme mammographie.
  • Les femmes âgées entre 45 et 54 ans doivent subir une mammographie annuelle.
  • Les femmes âgées de plus de 54 ans peuvent opter pour un dépistage du cancer du sein une fois tous les deux ans. Toutefois, elles peuvent également continuer d’opter pour une mammographie annuelle.
  • Les femmes devraient continuer de réaliser un dépistage du cancer du sein jusqu’à ce que leur santé se maintienne, et que leur espérance de vie soit de dix ans ou plus.
  • Il est conseillé à certaines femmes qui présentent une prédisposition génétique spécifique, des antécédents familiaux, ou d’autres facteurs de risques d’effectuer une IRM en plus d’une mammographie lorsqu’elles se rendent pour leur test annuel de dépistage du cancer. Il convient de remarquer que le pourcentage de femmes qui présentent un risque accru est relativement faible.

2. Le cancer de la prostate

Des études sont toujours en cours concernant les avantages potentiels du dépistage du cancer de la prostate par rapport aux dommages causés par le dépistage du cancer de la prostate et du traitement ultérieur. Par conséquent, les hommes doivent s’adresser à leur médecin afin d’obtenir des recommandations pour savoir si un dépistage du cancer de la prostate doit être envisagé ou non.

  • Les hommes devraient s’adresser à leur médecin concernant le dépistage du cancer de la prostate après avoir atteint l’âge de 50 ans.
  • Les hommes d’origine afro-américaine, ou ceux qui possèdent un frère ou un père atteint du cancer de la prostate avant l’âge de 65 ans, doivent consulter leur médecin et effectuer un dépistage à l’âge de 45 ans.
  • Le dépistage du cancer de la prostate inclut un test de dépistage de l’antigène prostatique spécifique, lequel peut s’accompagner ou non d’un toucher rectal. La fréquence du dépistage dépend généralement du taux de PSA.

3. Le cancer du col de l’utérus

  • Le dépistage du cancer du col de l’utérus devrait être réalisé lorsque les femmes atteignent l’âge de 21 ans. Aucun dépistage ne devrait être envisagé avant cet âge.
  • Un test Pap, aussi appelé frottis cervicovaginal, doit être réalisé une fois tous les trois ans auprès des femmes âgées entre 21 et 29 ans. Ces dernières doivent également effectuer un test de dépistage du virus du papillome humain si leur résultat au test Pap est anormal. Dans le cas contraire, un test de dépistage du virus du papillome humain n’est pas nécessaire.
  • Les femmes âgées entre 30 et 65 ans doivent effectuer un test Pap ainsi qu’un test de dépistage du virus du papillome humain, et ce, une fois tous les cinq ans. C’est ce que les médecins recommandent. Toutefois, les femmes âgées entre 30 et 65 ans peuvent tout aussi bien n’opter que pour un test Pap, effectué une fois tous les trois ans.
  • Les femmes âgées de plus de 65 ans, et qui ont réalisé un dépistage du cancer du col de l’utérus de façon régulière au cours des dix dernières années, et pour lequel les résultats se sont avérés négatifs, ne doivent plus effectuer de dépistage supplémentaire. Il n’est alors plus nécessaire d’envisager de nouveaux dépistages. Cependant, les femmes qui présentent des antécédents de graves lésions précancéreuses du col de l’utérus devraient poursuivre le dépistage pendant au moins vingt ans suivant le dépistage de telles anomalies, même si le dépistage se poursuit après l’âge de 65 ans.
  • Même les femmes qui ont subi une vaccination anti-VPH devraient continuer de suivre les recommandations pour le dépistage du cancer du col de l’utérus disponibles pour les tranches d’âge respectives.
  • Les femmes qui ont subi une hystérectomie totale (ablation de l’utérus et du col utérin) pour des raisons autres qu’un cancer du col de l’utérus, ainsi que celles qui ne possèdent pas d’antécédents de dépistage de lésions précancéreuses, ni d’antécédents familiaux de cancer du col de l’utérus, ne doivent pas subir de test de dépistage du cancer.

 

En revanche, les échéances pour le dépistage du cancer du col de l’utérus chez certaines femmes qui possèdent des antécédents médicaux impliquant une transplantation d’organes, le virus de l’immunodéficience humaine, la prise de diéthylstilbestrol, etc. peuvent différer des échéances susmentionnées. Dans ce cas, ces femmes doivent alors consulter leur médecin pour un calendrier approprié.

4. Le cancer du poumon

Les personnes qui présentent un risque de développer un cancer du poumon ne doivent pas subir de tests connexes de dépistage du cancer. Cependant, les personnes qui présentent un risque élevé, telles que celles qui fument des cigarettes, doivent effectuer un dépistage du cancer du poumon.

  • Les tests de dépistage du cancer du poumon sont recommandés pour les personnes âgées entre 55 et 74 ans, qui sont en bonne santé, mais qui ont des antécédents de tabagisme d’au moins 30 paquets-année, et qui ont arrêté de fumer au cours des 15 dernières années, ou qui fument encore actuellement.
  • Un paquet-année est une unité de mesure de la consommation de tabac, et fait référence au nombre total de paquets de cigarettes consommés par jour par une personne, multiplié par le nombre total d’années pendant lesquelles la personne a fumé ces cigarettes. En d’autres termes, une personne qui a fumé un paquet de cigarettes par jour durant 30 ans possède des antécédents de tabagisme de 30 paquets-année. Ce nombre est identique dans le cas d’une personne qui a fumé 2 paquets de cigarettes par jour durant 15 ans.
  • Le cancer du poumon est dépisté grâce à une tomodensitométrie thoracique à faible dose (TDM à faible dose), réalisée chaque année.

5. Le cancer rectal et du côlon, et les polypes

Les hommes et les femmes âgées de 50 ans et plus doivent effectuer les tests de dépistage du cancer repris ci-dessous afin de déceler la présence d’un cancer du côlon, d’un cancer rectal, ou de polypes. Si ces tests sont disponibles, le premier choix devrait se porter sur des tests qui permettent de dépister tant les polypes que le cancer aux stades précoces.

  • Certains des tests recommandés qui aident à ne dépister que le cancer :
    • Le test immunochimique fécal réalisé chaque année par le biais d’un test de plusieurs échantillons de selles, recueillies à la maison. Un seul test effectué dans une clinique n’est pas suffisant. Si les résultats du test sont positifs, le patient doit alors effectuer une colonoscopie. (OU)
    • Le test AND dans les selles, réalisé une fois tous les trois ans. Si les résultats du test sont positifs, le patient doit alors effectuer une colonoscopie. (OU)
    • La recherche de sang occulte dans les selles par test au gaïac, et ce, par le biais d’un test de plusieurs échantillons de selles, recueillies à la maison. Un seul test effectué dans une clinique n’est pas suffisant. Si les résultats du test sont positifs, le patient doit alors effectuer une colonoscopie.

 

  • Certains des tests recommandés qui aident à dépister un cancer et des polypes :
    • Une colonoscopie réalisée une fois tous les dix ans. (OU)
    • Une colonoscopie virtuelle ou coloscanner, réalisée une fois tous les cinq ans. Si les résultats du test sont positifs, le patient doit alors effectuer une colonoscopie. (OU)
    • Un lavement baryté en double contraste, réalisé une fois tous les cinq ans. Si les résultats du test sont positifs, le patient doit alors effectuer une colonoscopie. (OU)
    • Un sigmoïdoscopie flexible, réalisée une fois tous les cinq ans. Si les résultats du test sont positifs, le patient doit alors effectuer une colonoscopie.

Les échéances de dépistage pour les personnes qui présentent une vulnérabilité accrue de développer un cancer du côlon (en raison de prédispositions génétiques, d’antécédents familiaux, ou d’autres facteurs de risques) seront différentes des échéances susmentionnées. De telles personnes doivent alors consulter leur médecin, et sélectionner un calendrier de dépistage du cancer qui soit le plus approprié pour ces personnes.

6. Le cancer de l’utérus / le cancer endométrial

  • Les femmes en ménopause doivent consulter leur médecin et s’informer au sujet des différents risques et symptômes liés au cancer endométrial. Tout saignement vaginal inexpliqué doit être directement signalé à un médecin.
  • En raison d’antécédents médicaux familiaux ou personnels, certaines femmes devront envisager de réaliser annuellement une biopsie endométriale. Parlez de vos antécédents à votre médecin, et établissez un calendrier pour les dépistages.

 

——————

Retour au blog et découvrez d’autres articles.

PS : Doctena vous permet de prendre rendez-vous gratuitement en ligne avec des milliers de médecins en AllemagneAutricheBelgiqueLuxembourgPays-Bas et Suisse.

.