Ces ingrédients qui ne conviennent pas à tout le monde

Ces ingrédients qui ne conviennent pas à tout le monde

Ces ingrédients qui ne conviennent pas à tout le monde

Une allergie n’est pas une maladie rare. En fait, presque tout le monde possède des antihistaminiques à la maison, et on peut parfois facilement prédire à quel moment on sera sujet à une quinte de toux après une tempête de poussière. Toutefois, dans certains cas, une allergie peut affecter la façon dont nous profitons de l’un des plaisirs les plus agréables au monde : la nourriture.

Les cas liés aux allergies alimentaires pourraient augmenter en raison de différents facteurs, tels que des modifications des habitudes alimentaires et de la production alimentaire, l’incorporation dans l’alimentation locale de produits issus d’autres cultures, l’augmentation du nombre de césariennes, et la modification de la flore bactérienne (microbiome) des êtres humains.

Depuis notre naissance jusqu’à la mort, nous sommes tous exposés à l’environnement au sein duquel nous vivons, et notre santé dépendra de la capacité de notre réponse immunitaire à influencer l’impact des maladies que nous contractons. Le système immunitaire a pour vocation de veiller au bon fonctionnement interne de notre organisme, à l’instar des services de sécurité, notre police militaire, chargée de contrôler nos douanes, permettant le passage des substances bénéfiques, tout en évitant les agents nocifs qui endommagent notre corps, tels que des virus et des bactéries.

Une allergie n’est autre qu’une « mauvaise réaction » à certaines « substances », les allergènes. Ce sont des éléments avec lesquels nous sommes régulièrement en contact (de la poussière, des plantes, des animaux, de la nourriture, des médicaments, etc.). Ils ne devraient pas altérer notre système immunitaire. Toutefois, il résulte des réactions inflammatoires, à l’origine des symptômes d’allergie typiques. Ces symptômes dépendent de la substance responsable. Ainsi, la rhinite et la conjonctivite sont dues au pollen d’olivier (inflammation au niveau du nez et des yeux), l’asthme est dû aux acariens (inflammation des bronches), et une éruption cutanée (urticaire) peut apparaître à la suite de l’ingestion d’une pêche (inflammation au niveau de la peau).

Les allergies résultent d’une sensibilisation qui provoque la fabrication d’anticorps, ce qui n’est pas le cas des intolérances. Ainsi, le terme « allergie au soleil » est incorrect : il n’y a pas d’anticorps contre les rayons ultraviolets. Il en va de même pour le lactose, qui provoque une réaction enzymatique sans anticorps.

Mais dans ce cas … Pourquoi cette erreur est-elle commise ? Il n’y a pas vraiment de cause unique, mais une allergie résulte probablement d’une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux. Qui plus est, ceux-ci doivent se développer à un certain moment donné, par exemple, vers l’enfance. Lorsque l’un de ces agents est reconnu comme un ennemi pour nous, et que notre corps réagit de manière excessive, nous ressentons les symptômes d’une allergie, allant d’une éruption cutanée à une dyspnée mortelle. Selon les scientifiques, le monde actuel est plus aseptisé qu’au siècle dernier. Par conséquent, cette situation nous empêche d’avoir nos premiers contacts avec des particules responsables de la sensibilité, ce qui nous rend dès lors plus susceptibles aux allergies. Tout ceci est donc fort compliqué !

Tout est quasiment susceptible de causer une allergie, mais les allergies alimentaires les plus courantes sont celles dues aux aliments suivants :

Le lait

Cette allergie survient généralement pendant l’enfance (au cours des premiers mois) et, dans de nombreux cas, cette allergie disparaît après quelques années. La seule solution consiste à remplacer le lait et les produits laitiers par d’autres produits qui ne sont pas d’origine animale, tels que le lait de soja, les amandes, le riz, etc.

Les œufs

Cette allergie survient aussi bien souvent pendant l’enfance, et disparaît généralement lorsque l’enfant a entre un et deux ans. On estime à 70% le nombre d’enfants qui finissent par être guéris. Chez les adultes, le traitement des personnes allergiques aux œufs repose sur le maintien d’un régime alimentaire totalement exempt de ce produit. À cet égard, il convient d’être vigilent, car de nombreux aliments contiennent des œufs sans que le consommateur ne le sache. Ainsi, on retrouve dans œufs dans les pâtisseries, les pâtes, les sauces, les produits cosmétiques (lorsque la personne est allergique au contact de ce produit), etc.

Les fruits de mer et le poisson

Il s’agit d’une allergie beaucoup plus fréquente, en particulier l’allergie aux crustacés, plus fréquente chez l’adulte que chez l’enfant. Dans le cas du poisson, la plupart des allergies ont généralement trait aux poissons blancs, et peuvent durer toute une vie. Compte tenu de ces éléments, de nombreux restaurants manipulant du poisson font très attention à ne pas mélanger cet aliment avec d’autres plats ne contenant pas de poisson.

Les fruits à coque, les légumineuses, et les céréales

Les légumineuses telles que le soja, les lentilles, les pois ou les pois chiches, mais également les fruits à coque comme les arachides sont les aliments qui sont généralement susceptibles de provoquer des allergies. En ce qui concerne les céréales, la prévalence de cette allergie est relativement faible, et disparaît bien souvent avec l’âge. Toutefois, nous vous recommandons d’accorder une attention toute particulière aux étiquettes des produits. On retrouve des traces de fruits à coque dans de nombreux aliments. Par conséquent, une attention toute particulière est requise.

Les fruits et les légumes

Il s’agit de la cause la plus fréquente de réactions allergiques auprès des enfants âgés de plus de 5 ans, ainsi que chez les adultes. La pêche est le fruit le plus courant, capable de provoquer une réaction allergique. En ce qui concerne les légumes, la laitue, les carottes et les tomates sont les plus susceptibles d’induire une réaction allergie.

Concernant les intolérances alimentaires, les plus courantes sont celles liées au gluten, au lactose et à l’histamine.

Le gluten

L’allergie est provoquée par une glycoprotéine présente dans les céréales telles que le blé, le seigle, l’orge et l’avoine. Lorsqu’elles ingèrent du gluten, les personnes qui souffrent de la maladie cœliaque vont être confrontées à une réaction inflammatoire dans l’intestin, ce qui entraîne une perte de poids, des nausées ou vomissements, de la fatigue, des douleurs abdominales, etc.

Le lactose

Il s’agit d’un sucre présent dans chaque lait de mammifère (vache, chèvre, mouton). Les personnes intolérantes au lactose ne possèdent pas suffisamment d’enzymes de la lactase dans l’intestin grêle pour pouvoir digérer tout le lactose consommé par les aliments qui passent dans le gros intestin. Il peut en résulter des douleurs, des gonflements abdominaux, etc.

 

Suis-je allergique ?

Peut-être vous demandez-vous si vous êtes allergique à l’un ou l’autre aliment. Mais avant d’aller consulter un spécialiste, vous devez vous rappeler si vous avez consommé un aliment ou été en contact avec un produit qui pourrait entraîner certaines des réactions que nous venons d’évoquer. Si vous ne pouvez pas identifier l’élément ou le facteur, il peut alors être utile de consulter un allergologue, à savoir le médecin qui étudie les allergies. Ce dernier effectuera une série de
tests :

Un test cutané : le médecin appliquera sur la peau du bras quelques gouttes contenant une certaine quantité de l’allergène auquel nous pouvons être sensibles. La base de cette technique est de reproduire au niveau de la peau la réaction que nous présentons dans d’autres parties du corps.

En outre, il est possible de réaliser des tests sanguins permettant de quantifier et de démontrer plus précisément la présence d’anticorps spécifiques contre cet allergène.

Dans le cas d’un aliment, il s’avère parfois nécessaire d’effectuer un test de provocation, lequel consiste à observer, sous contrôle médical, la réaction qui se produit après l’ingestion de l’aliment en question.

Il est vrai que l’on constate une augmentation de la prévalence des allergies au fil des ans, mais, parallèlement, il existe une plus grande accessibilité des informations relatives aux allergies. En étant plus attentif aux éventuels ingrédients pouvant entraîner des allergies, une personne peut ainsi éviter une situation compliquée. Si votre santé vous préoccupe, n’oubliez pas de consulter votre médecin, la prévention est la priorité absolue !


Retour au blog et découvrez d’autres articles.

PS : Doctena vous permet de prendre rendez-vous gratuitement en ligne avec des milliers de médecins en AllemagneAutricheBelgiqueLuxembourgPays-Bas et Suisse.

.